Choisir un master II

Parmi les questions que se posent régulièrement les étudiants à partir de la fin de la licence figure celle de la stratégie à mettre en place pour choisir un master II et parvenir à l’intégrer.

S’engage donc la quête du master le plus réputé, le plus performant, le plus ceci cela …

Il est aisé de comprendre la difficulté de l’étudiant qui ne sait souvent pas vers qui se tourner. Nous allons donc nous efforcer de donner ici quelques pistes (qui valent ce qu’elles valent mais qui ont le mérité d’être formalisées) :

1Toutes les cloches n’ont pas le même son ! Une personne raisonnable prendra soin de multiplier les interlocuteurs et les points de vues pour tenter de se faire une opinion la plus complète possible sur les avantages et inconvénients présentés par tel ou tel type de master.

2 – Tous les œufs ne seront pas dans le même panier ! Avancer en ayant en tête un projet professionnel est une très bonne chose et révèle une personne qui a de la suite dans les idées. Avancer en n’ayant en tête que ce projet sans prévoir de « plans B, C, D … » frise l’inconscience.Il ne faut jamais faire une seule demande de master II mais au contraire multiplier les pistes pour augmenter les chances d’être recruté.

3 – La gourmandise reste un mauvais défaut ! Le choix du master II est souvent guidé par un amour irrépressible pour telle ou telle matière au détriment, bien souvent ndu réalisme professionnel.  Certes, il existe des niches en droit qui permettent de belles carrières. Mais il existe aussi des voies saturées et il faut savoir les flairer.  Il ne faut pas perdre de vue que ce sont bien souvent les hasards, les opportunités ou la clientèle qui font les spécialisations.

4 – Les trompettes de la renommée sont-elles mal embouchées ? Les facultés de droit forment de remarquables juristes mais ne sont pas habituées à le faire savoir. L’une des clefs de l’accueil de tel ou tel master II dans le monde professionnel  – si l’on excepte le cas particulier des masters recherche – demeure l’aptitude de l’équipe qui l’anime à travailler avec lui et surtout à communiquer sur ses activités. Il est évident que le candidat doit être attentif à la « fama » de tel ou tel master. C’est elle qui apporte souvent un plus à l’heure de l’embauche. Les critères à prendre en compte ? La présence de professionnels dans le master tant dans les enseignements que  dans les parrainages, la visibilité sur internet, la présence d’un réseau des anciens, les activités de pure communication à destination du monde professionnel (colloques, publications, annuaires de promotion etc.) …

5. Elle court elle court la rumeur ! La rumeur du sérieux de tel ou tel master constitue souvent un indice à ne pas négliger … sans pour autant le privilégier. Plus que jamais, veiller à croiser les informations reste nécessaire pour se faire une idée la plus précise de la qualité de tel ou tel master. L’étudiant s’appuiera sur la célébrissime méthode du faisceau d’indices : questions posées sur des forums d’étudiants ou à des anciens du master concerné, investissement et disponibilité de l’équipe de direction du master auprès des étudiants, analyse du mode de recrutement (sur simple dossier ou sur dossier + entretien), dates de rentrée (on peut imaginer – mais ce n’est pas une science exacte – qu’un master qui débute rapidement dans l’année universitaire présente plus de gages de sérieux qu’un master qui débute en novembre), classements établis par des structures tant publiques que privées etc.

A vos candidatures …

SD

NB : Lire également le Blog de P. Morvan

Publicités
Publié dans Initiative, Master. Étiquettes : , . Leave a Comment »

Faculté de Droit de Poitiers – La mémoire et le crime – XVIIIe journées d’étude de l’Institut de sciences criminelles de Poitiers

La mémoire et le crime – XVIIIes journées d’étude de l’Institut de sciences criminelles de Poitiers

Matinée du vendredi 18 juin 2010
L’action publique et la mémoire du crime

Accès réservé aux inscrits

Sous la présidence de M. Jean PRADEL, agrégé des facultés de droit, directeur honoraire de l’Institut de sciences criminelles de Poitiers
  • 9 h 30 – Ouverture des travaux
  • 9 h 45 – Rapport introductif aux XVIIIes journées – Michel DANTI-JUAN – Professeur à l’université de Poitiers, directeur de l’Institut de sciences criminelles

  • I. Jugement du crime

  • 10 h – Le procès – Damien VANDERMEERSCH – Avocat général à la Cour de cassation (Belgique), professeur à la faculté de droit de Louvain-la-Neuve (Belgique)
  • 10 h 30 – Prescription et amnistie – Jean DANET – Maître de conférences à l’université de Nantes
  • 11 h – Discussion et pause
  • II. Traces du crime

  • 11 h 30 – Le casier judiciaire – Sylvie GRÜNVALD – Maître de conférences à l’université de Nantes
  • 12 h – Les fichiers – Laurence LETURMY – Maître de conférences à l’université de Poitiers
  • 12 h 30 – Discussion
  • 13 h – Déjeuner
  • Après-midi du vendredi 18 juin 2010
    La loi et la mémoire du crime

    Accès réservé aux inscrits

    Sous la présidence de M. Henri D. BOSLY, doyen honoraire de la faculté de droit de Louvain-la-Neuve (Belgique)

  • 14 h 30 – Reprise des travaux
  • I. Lois d’incrimination

  • 14 h 45 – La loi Gayssot – Jérôme BOSSAN Maître de conférences à l’université de Poitiers
  • 15 h 15 – Les dispositions législatives belges – Henri D. BOSLY Doyen honoraire de la faculté de droit de Louvain-la-Neuve (Belgique)
  • 15 h 45 – Discussion et pause
  • II. Lois de déclaration

  • 16 h 15 – Les dispositions législatives relatives à l’esclavage et au génocide arménien – Jean-Paul JEAN Avocat général à la cour d’appel de Paris, professeur associé à l’université de Poitiers
  • 16 h 45 – Discussion
  • III. Avenir des lois mémorielles

  • 17 h – Regards croisés sur les rapports Kaspi et Accoyer : le retour du régime mémoriel d’unité nationale – Johann MICHEL – Professeur à l’université de Poitiers
  • 17 h 30 – Discussion
  • 18 h – Suspension des travaux
  • Matinée du samedi 19 juin 2010
    Lieux de crime et de mémoire

    Ouverte au public

    Sous la présidence de M. Pierre TRUCHE, ancien Premier président de la Cour de cassation, président de l’Association française pour l’histoire de la Justice

  • 9 h 30 – Reprise des travaux
  • I. Problématique générale des lieux de mémoire

  • 9 h 45 – Communication de Geneviève ERRAMUZPÉDirectrice de la Maison des enfants d’Izieu
  • 10 h 15 – Discussion
  • II. Table ronde

  • 10 h 30
    Présentation de la table ronde
    – Michel MASSÉ – Professeur à l’université de Poitiers
    Interventions de :
    Pascal PLAS – Mémorial d’Oradour-sur-Glane
    Geneviève ERRAMUZPÉ – Maison des enfants d’Izieu
    Sébastien CHEVEREAU – Maison du souvenir de Maillé
  • 11 h 30 – Discussion et pause
  • III. Rapport conclusif et clôture des travaux

  • 12 h – Rapport conclusif – Denis SALAS – Magistrat, secrétaire général de l’Association française pour l’histoire de la Justice
  • 12 h 30 – Clôture des travaux
  • Télécharger le programme des XVIIIes journées d’études (Format PDF)

    Faculté de Droit de Genève : Conférence

    Le Département de droit du travail et de la sécurité sociale (TRASE) de la Faculté de Droit de Genève organise le 13e colloque de droit européen de la sécurité sociale

    Genève, 11 septembre 2009
    10h00 à 17h00 – Hôtel Ramada Park
    Programme et bulletin d’inscription (132 Ko, pdf)